Pourquoi j’ai arrêté de boire du café

Une habitude qui peut devenir une addiction, boire du café peut passer du plaisir à la dépendance. J’en étais à une dizaine de tasses par jour, sans pouvoir lutter contre cette envie d’allumer ma cafetière et de remplir le réservoir d’une bonne quantité d’eau, avec le filtre bien rempli. Mais en constatant quelques changements, beaucoup même, sur mes comportements et sur ma santé, j’ai décidé d’arrêter d’en prendre.

Le café, cette boisson si tentante !

Il suffit de sentir son odeur si subtile que l’on soit tenté par cette boisson chaude, avec ou sans sucre, avec ou sans lait. Quand on en goûte pour la première fois, c’est soit on l’aime, soit en la déteste, et je faisais partie de ces personnes qui en deviennent accros.

J’étais alors à un point où faire des courses signifie 4 à 5 paquets de café, et, avec la venue des capsules sur le marché, mon tiroir en abonde. À la maison, au bureau, chez des proches, une bonne tasse est la bienvenue.

Plusieurs années, la boisson a pris le dessus en « m’emprisonnant » de jour en jour. Je ne pouvais plus voir la lumière du jour sans une grande tasse, même à jeun, et pendant la journée, j’étais la plus assidue pour manipuler la cafetière du bureau. Il m’arrivait de dépenser une dizaine d’euros, rien que pour assouvir ma soif.

Puis, d’un déclic, je me suis dit « ça suffit » !

Les méfaits de cette buvette

Certes, la caféine présente dans cette boisson apporterait quelques bienfaits, entre autres cette confiance en soi pour entamer la journée, mais j’ai remarqué que, plus j’enfonce dans cette addiction, plus ma santé s’est dégradée.

La caféine et la migraine se font rendez-vous quand la fameuse tasse du matin n’est pas prise. Un mal de tête insupportable venait me gâcher la journée et influe même sur mes comportements.

J’ai constaté que plus j’en bois, même sans les petits carrés de sucre, plus je suis à la recherche de sucreries en me gavant de gâteaux.

Pendant mes séances de check-up, les analyses ont révélé un taux de cholestérol assez élevé. Souvent, j’étais sujette à des étourdissements, ce qui m’a amené à voir le docteur, et, avec mes 7 à 10 tasses par jour, l’hypertension venait de faire son apparition.

Mais ce qui m’a vraiment handicapé l’existence, c’est mon état nerveux, c’est l’insomnie de chaque nuit, ce sont les tremblements dans mes gestes.

Je…revis !

Peut-être que si je sens de loin l’odeur du café, l’envie pourrait revenir à tout moment, mais avec ma détermination, je n’ai plus bu une seule goutte.

La première semaine où j’ai dit adieu à cette boisson, c’était vraiment l’enfer. Des migraines survenaient sans que je puisse m’en défaire, même avec des antalgiques et ça a duré plusieurs jours.

Après des jours passés dans le noir, j’ai senti des changements dans mon corps et dans ma tête. J’ai pu bannir de mes habitudes ces petites fringales en sucreries, mes papilles gustatives commençaient à apprécier le goût des nourritures saines, celui des légumes, celui des fruits qui, avant, ne faisaient pas partie de mes achats.

C’est fini la flemme du matin sans la caféine, un bon verre de jus naturel arrive à réveiller mon corps.

Avec du sport comme booster, mon entourage et moi-même constatons que je suis moins stressé, moins irrités également et plus sereine au travail !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *