Guide de l’apprenti apiculteur

L’apiculture est une activité que de plus en plus de personnes souhaitent faire aujourd’hui. Véritable aventure qui peut facilement devenir une grande passion, l’élevage des abeilles nécessite quelques connaissances à acquérir auprès d’un apiculteur expérimenté. Si vous envisagez de faire vos premiers pas dans le domaine de l’apiculture, si vous souhaitez en faire votre métier, voici le guide de l’apprenti apiculteur.

Les bienfaits du miel

D’abord, pour tout apiculteur qui se respecte, il est important de connaitre les bienfaits du produit fabriqué par les abeilles. Depuis le domaine de la santé jusque dans le domaine alimentaire, en passant par le monde de la cosmétique, le miel possède d’innombrables vertus. Reconnu pour son action antibactérienne, le miel est également un puissant cicatrisant. Dans l’alimentation, acheter du miel en rayon permet de profiter d’un produit pur aux propriétés exceptionnelles et à la saveur incomparable. En cosmétique, le miel a des vertus nourrissantes, purifiantes, adoucissantes ou encore hydratantes.

La formation

Pour devenir apiculteur, il faut avoir un minimum de formation pour acquérir les bases du métier. Il est possible de pratiquer le métier même sans être diplômé en étant formé par un apiculteur d’une expérience d’au moins 1 an. Toutefois, avoir quelques qualifications ne peut qu’être un atout comme le BPREA – responsable d’exploitation agricole option apiculture ; le Titre apiculteur (inscrit au RNCP) ; le Bac pro CGEA + formation complémentaire en apiculture ; le Certificat de Spécialisation (niveau IV) apiculture.

La règlementation

Avant de s’installer en tant qu’apiculteur pour de bon, il est important de prendre connaissance de la règlementation qui régit le métier. Il s’agit par exemple le l’immatriculation de l’apiculteur (numéro d’apiculteur NAPI), de la règle d’implantation des ruches, de la règlementation sanitaire, de la déclaration des transhumances… En effet, il faut savoir que l’apiculteur doit pouvoir apporter des preuves de l’origine de son miel, de la déclaration de ses ruches mais aussi des transhumances réalisées.

Les investissements

Pour devenir apiculteur, il est indispensable de faire quelques investissements, non seulement en termes de matériels, mais aussi en matière d’équipements vestimentaires. Pour le matériel, il faudra acheter des ruches ainsi que les accessoires qui vont avec pour l’entretien des ruches comme l’enfumoir, le lève-cadre, les brosses… Il faudra en outre investir dans des essaims d’abeilles pour peupler vos ruches. Le coût des abeilles varie en fonction de leur provenance et de leur race.

Quant aux équipements vestimentaires, il est indispensable qu’un apiculteur se protège des éventuelles piqûres d’insectes. Pour cela, s’équiper d’une combinaison d’apiculteur est nécessaire, d’un voile de filet de maille sombre, de gants souples et résistants, de chaussures montantes fermées par des bandes spéciales.

Les aides

Les apiculteurs peuvent bénéficier d’aides financières pour mener à bien leur activité d’éleveurs d’abeilles. En effet, il est indispensable de savoir que l’importance des abeilles pour la survie humaine est à considérer avec le plus grand sérieux. Ces aides reposent essentiellement sur une mesure agro-environnementale et climatique (MAEC), l’ « amélioration du potentiel pollinisateur » et aussi sur des aides à l’investissement financées par FranceAgriMer notamment pour les possesseurs de plus de 50 ruches.

Par ailleurs, il faut savoir aussi que certains conseils régionaux accordent des aides aux exploitations apicoles, qui peuvent prendre la forme d’un complément régional à l’aide à l’installation, d’aides à l’investissement, d’aides de crise certaines années où la production de miel a été particulièrement difficile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *